Conseils de lecture

La Vierge et moi
13,90
par (Libraire)
16 novembre 2019

Marion Muller-Collard, l’auteure, est une théologienne protestante bien connue dans le monde de l’édition chrétienne. En effet, elle a déjà publié de très beaux textes tels que « L’autre Dieu » ou encore « L’intranquillité ».
Son regard de théologienne protestante est donc intéressant sur la figure de Marie, d’autant plus qu’elle l’appelle « la Vierge » dans son titre.

Marion Muller-Collard est connue pour être très accessible.
Dans une écriture toujours simple et littéraire, elle nous livre des textes pleins de douceur et d’humanité.
Dans ce livre, elle imagine trois femmes qui se croisent, se rencontrent et s’interpellent au pied d’une statue de la Vierge : une est amoureuse, l’autre est jeune maman, la dernière est une clocharde. Elles vont toutes les trois se confier les unes aux autres, avant de finir par tout confier avec la Vierge, la mère par excellence.
C’est un texte plein d’humour et de sagesse qui fait la part belle aux solidarités féminines.


Hors service, Hospitalisé d'urgence, ma rencontre brutale avec la souffrance et la fragilité

Hospitalisé d'urgence, ma rencontre brutale avec la souffrance et la fragilité

Artège Editions

12,90
par (Libraire)
16 novembre 2019

L’auteur, l’abbé Pierre Amar, est un des prêtres co-fondateurs du Padreblog. Il est du diocèse de Versailles, il a 45 ans et il est très actif dans ses activités pastorales.
Un jour, durant l’été 2018, il est en croisière pour accompagner un groupe de jeunes cathos. Il est pris d’énormes douleurs, il est débarqué d’urgence en Italie, à l’hôpital le plus proche. Après de nombreux examens et faux diagnostics, on lui trouve une tumeur envahissante.
Il est « hors service ».
Encore aujourd’hui, son évêque lui a donné comme « nomination de septembre » : prier, manger, dormir (dans cet ordre).

Quand on vit une telle expérience, même en tant que prêtre, le récit est très humain. Faire l’expérience de la souffrance, de la très forte douleur, de l’extrême dépendance aux médicaments et aux personnels soignants lui a fait vivre une forme de pauvreté qui s’est aussi traduite par une pauvreté spirituelle.
En effet, quand la douleur est très forte, plus moyen de se concentrer, plus moyen de lire la liturgie des heures, plus moyen de dire la messe. Seule la prière simple du chapelet reste accessible…


MON PERE DES MONTAGNES

Roth Madeline

Le Rouergue

9,00
par (Libraire)
26 octobre 2019

Petite pépite pour ado !

Lucas est en vacances. Il va passer une semaine avec son père dans le vieux chalet familiale, perdu dans la montagne, sans eau, sans électricité et surtout sans portable, sans jeux vidéo. Une semaine avec son père ça va être long. Lucas et son père ne sont pas fâchés, juste ils ne se parlent pas. Il s’est passé quelque chose à un moment donné, un fil s’est rompu, le lien a cédé, Lucas a grandit, son père n’a plus rien compris, bref ils ne se parlent pas.

Lucas et son père ne savent plus comment faire, comme deux étrangers, il cohabitent mais ne se connaissant pas vraiment. Cette semaine coupée de tout est peut-être l’occasion de s’apprivoiser. Les deux hommes sont touchants et tendres. Leur situation tord le cœur dans tous les sens, on aimerait tellement qu’ils se retrouvent ! Malgré le sujet pesant ce roman est lumineux et fort.

Les questions que pose Madeline Roth à travers ce livre sont intéressantes. Connait-on vraiment ses parents ? Comment les aimer malgré les différences, les incompréhensions ? Peut-on aimer sans ressentir de fierté pour l’autre ?

Ce roman est petit petit par la taille mais grand pour le cœur !


L'EGLISE FACE A SES DEFIS

De Moulins-Beaufort

CLD - Cahiers du livre et du disque

18,00
par (Libraire)
1 octobre 2019

A lire !

L’auteur, Eric de Moulins-Beaufort est archevêque de Reims et, depuis peu, président de la Conférence épiscopale de France.
Ce livre a été composé à partir de deux grands articles qu’il a écrits récemment : le premier sur les abus sexuels, le second sur les défis de l’Eglise de France. Le tout est complété par des réflexions inédites.
D’ailleurs, ce livre commence par le sujet des abus sexuels dans l’Eglise. On ne peut pas dire que le nouveau président de la Conférence Episcopale élude ce sujet sensible et grave.

Mais les autres défis sont nombreux.
Il y a tout d’abord les défis culturels et spirituels, dans un monde où la culture chrétienne disparait pour bonne part et le syncrétisme est omniprésent. La méditation est maintenant une technique de bien-être…
Il y a aussi le défi de promouvoir le mariage chrétien et la famille, dans un monde de bouleversement social profond.
Enfin, Mgr Eric de Moulins-Beaufort conclut sur le Pourquoi devenir prêtre, le service et les pouvoirs du pasteur, ainsi que la joie que l’on peut trouver dans le service fidèle du sacerdoce…


L'Eglise, des femmes avec des hommes

Pelletier, Anne-Marie

Cerf

19,50
par (Libraire)
1 octobre 2019

A lire !

Anne-Marie Pelletier, docteur en Science des religions, a déjà publié des livres tels que « Les christianisme et les femmes » ou « Le signe de la femme ».
Dans ce nouveau livre, elle nous présente une analyse poussée de la place des femmes dans l’Eglise, mais aussi les évolutions dans le contexte plus large de la société ou de la lecture des textes bibliques.
Car ce livre ne remet pas en cause la complémentarité des hommes et des femmes. Il faut bien lire le titre « L’Eglise, des femmes AVEC des hommes ».
La question du sacerdoce est d’ailleurs abordée dès la fin de la première partie, le livre en comportant cinq. C’est dire que l’auteur ne veut pas limiter son propos à cette seule question, sans pour autant l’éluder.
Mais, elle nous parle aussi des Femmes vaillantes d’Israël, de l’importance des femmes dans l’Evangile, et encore de la différence entre « Exégèse féministe » et « Exégèse féminine ».
A la lecture de ce livre, les hommes pourront mieux comprendre ce qui peut poser problème à nos sœurs dans le Christ, au-delà des belles phrases sur leurs apports déjà tellement précieux…
Les femmes, elles, trouveront matière pour leurs réflexions et leurs engagements.
En effet, c’est bien le Christ et son Eglise que l’on sert, et non des hommes.